Mgr André-Joseph Léonard, archevêque de Malines-Bruxelles, participe au Synode ecxtraordinaire sur la Famille, qui se tient à Rome. Après la première semaine de travail, le président de la Conférence épiscopale belge, livre ses impressions.

Dès l’ouverture du Synode, le pape a rappelé la liberté de parole qui doit présider à l’Assemblée synodale. Personne ne doit taire sa pensée parce qu’elle serait censée déplaire au Pape! Ce conseil a été bien suivi. En effet, une grande liberté d’expression règne dans la salle du Synode. Dans un climat de grande écoute et de respect mutuel.

Jusqu’à ce 10 octobre au soir, mes impressions dominantes sont les suivantes:

1. Il y a un accord fondamental sur les points essentiels: la beauté de la famille, l’indissolubilité du mariage et l’urgence d’une pastorale renouvelée et dynamique pour aider les jeunes à s’engager dans le mariage chrétien et les couples à y persévérer.

2. Les différences culturelles sont énormes selon les continents. Les évêques occidentaux, par exemple, sont souvent très préoccupés par le drame des échecs conjugaux et soucieux de la pastorale qui doit les accompagner. Par contre, confrontés aux coutumes ancestrales ou aux pratiques de l’Islam, les évêques africains sont prioritairement confrontés au problème de la polygamie. Et, comme beaucoup d’évêques latino-américains et asiatiques, ils considèrent que la pauvreté, avec toutes les contraintes qu’elle impose, est le principal phénomène qui fragilise, voire disloque les couples et les familles.

3. Autre clivage important. Avec une liberté d’expression qu’on trouve rarement en Occident, beaucoup d’épiscopats africains, certains épiscopat