Les Maranathons2019-01-14T10:52:27+00:00

NOUVEAU:LE MOUVEMENT «MARANATHA CONVERSION» PRESENTE

Les marathons de prière, les « Maranathons »

« Dieu est amour » (1Jn 4, 8).

« Que deux ou trois, en effet, soient réunis en mon nom,
Je suis là au milieu d’eux. » (Mt 18, 20)

« Je suis la vigne ; vous, les sarments.
Celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit ;
car hors de moi vous ne pouvez rien faire. » (Jn 15, 5)

Pourquoi ?

De nombreux lanceurs d’alertes nous décrivent les différentes crises du monde. Le mouvement Maranatha offre d’organiser des « boucliers de prières » contre les ténèbres qui partout submergent le monde. Individuellement, chacun sent bien qu’il est faible et largement impuissant. Au plan politique comme au plan spirituel, l’union fait la force. Le curé d’Ars constatait : « [Le chrétien] unit toutes ses actions, toutes ses peines, toutes ses prières et tous les battements de son cœur aux mérites de l’Eglise entière… C’est à peu près comme celui qui réunit un tas de paille et y met le feu ; la flamme monte bien haut, ça fait un brasier ; qu’on ne mette le feu qu’à une paille, elle s’éteint aussitôt.» Pour réveiller la ferveur, l’idée est celle des « marathons de prière », c’est-à-dire des temps de prière intense pendant deux jours.

Qui ?

Nous savons bien que dans de nombreux sanctuaires mariaux du monde entier, des non-chrétiens viennent prier, avec amour, pour leurs proches, pour la paix. Evidemment, nous savons bien qu’il y a des éléments anti-chrétiens un peu partout dans les autres religions, cependant nous regardons l’homme. L’homme a, par nature, une conscience qui par exemple lui fait sentir que mentir, voler, violer, tuer, ce n’est pas bien, mais qu’il faut au contraire, prendre soin de ses proches et honorer la divinité en recherchant la divine volonté. Ceci étant dit, nous sommes chrétiens et nous voulons commencer par rassembler des chrétiens des diverses dénominations et ensemble devenir capables de créer une dynamique nouvelle pour rejoindre les fidèles d’autres traditions spirituelles en vue d’intercéder ensemble pour que le monde guérisse.

Quand ?

Les marathons de prière ont lieu tous les 5 et 6 de chaque mois. Les « Maranathons » débutent  par une journée de dialogue chaque 4 du mois.

Une journée de dialogue chaque 4 du mois ?

Le pape François ne cesse de nous demander de rencontrer les autres, de devenir des amis, des frères et des sœurs les uns avec les autres, de briser les murs qui sont érigés par ceux qui désirent installer le chaos. Créer un espace de dialogue spirituel et fraternel qui permette des rencontres régulières, puisque mensuelles, est devenu indispensable pour répondre aux défis de ceux qui souhaitent faire se lever les habitants du monde les uns contre les autres. Chaque 4 du mois, à la veille de tous les « Maranathons », une rencontre culturelle est proposée autour de l’art, d’une exposition, d’un spectacle et/ou de témoignages d’artistes ou encore d’un film  ou d’un documentaire avec un thème spirituel. L’art est un sujet universel et  qui peut transcender les différences, il permet aussi de rassembler des personnes très différentes, il rend possible le dialogue.

Comment ? La prière avec le cœur.

Ce « Maranathon » peut varier dans la forme. Pour les catholiques cela peut être : les psaumes, la prière de Jésus, l’hymne acathiste à la Mère de Dieu, le rosaire, les chants de louange, l’adoration eucharistique, une lecture prolongée de la Parole de Dieu, un chemin de croix, une dévotion particulière (chapelet de la Divine Miséricorde, dévotion au Précieux Sang…) .

La personne responsable a, bien entendu, l’accord du recteur du sanctuaire ou le curé. Le groupe peut commencer à deux ou trois. Les prières ont un caractère suffisamment universel. D’heure en heure on essaye de varier les personnes qui animent.

Il est possible et bon de vivre des moments de prière silencieuse dans l’adoration du Saint Sacrement par exemple.  Nous insistons sur le fait que ce sont des journées de prière avec le cœur et non pas des journées d’enseignements ; ces derniers ont toute leur importance mais pas dans le cadre de la vocation des « Maranathons ».

Le jeûne !

Les participants qui le souhaitent peuvent joindre à leur démarche de prière une démarche de jeûne pour répondre à l’invitation de Jésus qui dit : « Si vous avez de la foi gros comme une graine de moutarde, vous direz à cette montagne « Transporte-toi d’ici jusque là-bas » et elle se transportera ; rien ne vous sera impossible. Mais ce genre de démon n’est chassé que par le jeûne et la prière » (Matthieu 17, 21).
Que ce soit la prière ou le jeûne, il s’agit d’une décision personnelle de chaque personne qui se sentira appelée à se joindre à un
« Maranathon ».
On propose d’en faire un temps de partage concret avec des frères et sœurs moins fortunés et ceux qui se sentiront appelés pourront offrir, s’ils le désirent, l’équivalent du prix du ou des repas non consommés à une structure caritative de leur choix.
Les « Maranathons » proposent de soutenir la fondation pontificale
« Aide à l’Eglise en détresse » qui soutient les chrétiens à travers le monde.

Où ?

Les « Maranathons » se déploient dans les haut-lieux spirituels : pour les catholiques ce sont principalement les sanctuaires mariaux reconnus, y compris les lieux oubliés au fil des générations. Mais l’Esprit-Saint peut souffler l’indication d’autres lieux…
Les frères et sœurs d’autres dénominations chrétiennes ou d’autres traditions religieuses peuvent se sentir appelés à fonder un groupe dans leurs temples, mosquées, synagogues, ou simplement dans la nature… et nous pouvons nous retrouver chaque 4 du mois pour les temps privilégiés de dialogue sur des thèmes spirituels.

Nous recommandons d’avoir l’accord préalable du responsable du lieu (église, basilique, temple, sanctuaire, synagogue…) s’il doit s’agir d’une prière réunissant plus de deux ou trois personnes (donc un groupe).

Il n’y a pas de haut-lieu de « Maranathon » qui soit plus important qu’un autre. TOUS sont uniques et indispensables.
Devenons chacun personnellement responsable de ces endroits bénis qui deviennent pour nous comme des «petites arches de Noé» où nous pouvons aller nous ressourcer, nous réfugier, même à un autre jour du mois, dans un moment où nous nous sentons appelé à le faire ! L’idée, en fin de compte, est de prier sans cesse, de prier avec le cœur… C’est par notre engagement fidèle que nous pouvons réallumer la flamme de ces endroits précieux, leur redonner leur mission sacrée de lieu privilégié pour entrer en relation personnelle avec Dieu, quel que soit le visage que Dieu revêt dans notre cœur.

LES MARANATHONS SOUS LA PROTECTION DE NOTRE DAME DE GUADALUPE

Le jeudi 18 janvier 2018, en la basilique de Notre-Dame de Guadalupe au Mexique, nous avons reçu une relique, en taille réelle, de l’image miraculeuse donnée par la Vierge Marie à saint Juan Diego le 12 décembre 1531. Cette relique se trouve désormais exposée au Centre de paix Sakramento de Medjugorje. Nous avons décidé de la choisir comme protectrice du mouvement des Maranathons car Notre Dame de Guadalupe est le Protectrice de la Vie. C’est la raison pour laquelle nous avons choisi un élément de l’icône dans notre logo : le Nahui Ollin. Cette fleur à quatre pétales est placée sur le ventre de Marie. Pour les aztèques, la fleur à quatre pétales appelée « Nahui Ollín » ou « 4-Mouvement », résumait toute la connaissance du monde, un monde déjà détruit quatre fois. Le signe central indiquait le Cinquième Soleil, époque où vivait l’humanité. Le Nahui Ollín était connu de toutes les civilisations mésoaméricaines précolombiennes, comme celles des Olmèques, des Mayas ou des Toltèques.

Cette simple fleur, appelée aussi jasmin mexicain, est la manifestation de Dieu, omniprésent, éternel, toujours en mouvement, puisque maître de la Vie, maître du ciel et de la terre. Les aztèques étaient convaincus que le Cinquième Soleil serait la dernière création de l’humanité, une ère qui se terminerait dans un grand tremblement de terre.

Cette fleur à quatre pétales est aussi la fleur solaire, toujours en mouvement. Le Soleil étant fêté le jour de la fête de Nahui Ollín, elle représentait également les quatre points cardinaux ou les quatre  directions  de l’Univers.

Sur la pierre du Soleil du calendrier aztèque se trouve au centre le Cinquième Soleil comme pivot autour duquel tournent les autres quatre époques dans un mouvement de Nahui Ollín, symbole du centre de l’histoire, principe et fin du monde. Notion intégratrice de toutes les valeurs culturelles et religieuses de la civilisation mexicaine. Le chiffre 5 fait référence à la relation entre l’humanité et la divinité. La fleur de Nahui Ollín est posée sur le ventre de l’Image miraculeuse.

Dans le « Nican Mopohua », la Vierge se présente comme Mère d’Ipalnemohuani et de Tloque Nahuaque, deux noms de Dieu unique créateur. Le Nahui Ollín placé à l’endroit du fœtus annonce aux Aztèques que l’être porté en Elle sera le Dieu du Cinquième Soleil. Huitzilopochtli, soleil belliqueux et sanglant, est définitivement vaincu, remplacé par une civilisation en parfaite harmonie avec le cosmos. Promesse faite par Quetzalcóatl à son peuple lors de son retour.

MEDJUGORJE, AU CŒUR du mouvement des « Maranathons »

Le sanctuaire de Medjugorje a une place toute particulière au sein du mouvement mondial des « Maranathons »  parce que Medjugorje attire des fidèles du monde entier avec des témoignages de nombreuses conversions mais aussi parce que Medjugorje se trouve dans un pays très symbolique, en Bosnie-Herzégovine, le cœur géographique de l’Europe mais aussi l’endroit où se rencontrent l’Orient et l’Occident.

C’est au Centre de paix Sakramento que sont proposés les « Maranathons » qui auront lieu à Medjugorje à partir de février 2019.

C’est aussi au Centre de la paix Sakramento que sont offerts des temps de réflexions et de formations  pour ceux qui veulent s’investir,  s’engager davantage dans le mouvement.

Un réseau…

D’un lieu à l’autre, d’un « Maranathon » à l’autre, les personnes vont se lier d’amitié dans une fraternité spirituelle. Une dynamique qui se crée sera peut-être féconde aussi sur le plan des œuvres.

Charte du bénévolat : en cours d’élaboration.

 

Contactez-nous…

Envie de participer à ce mouvement ? Envie de savoir si un « Maranathon » existe déjà près de chez vous ? Envie de lancer un « Maranathon » ?

Contactez-nous !

Le mouvement des « Marathon de prière » actuellement actifs dans le monde: